OFFRE SPECIALE DE RENTREE 2013

Offre de rentrée, uniquement du 16 septembre au 15 octobre 2013 ! 

Offre spéciale de rentrée :

Conversion de 10 ouvrages en eBooks au format ePub 

au prix forfaitaire de 750,- EUROS (HT) *

 

 

* : les conditions suivantes sont d'application :

  • pour toute commande passée entre le 16/09/2013 et le 15/10/2013
  • fichiers fournis aux  formats .doc(x), .RTF, .odt, HTML filtré ou .indd (pas de .PDF) (un seul fichier pour le corps d'un ouvrage)
  • MAX 250 pages (en moyenne) par ouvrage original (soit un MAX de 2.500 pages pour les 10 ouvrages)
  • MAX 5 illustrations/images/lettrines (en moyenne) par ouvrage (excepté les couvertures)
  • MAX 10 notes de bas de page (en moyenne) par ouvrage
  • Première de couverture (et éventuellement quatrième) fournie au format PDF ou JPEG (résolution >= 150dpi, Min 1200 px de haut )
  • ISBN fourni pour chaque ouvrage (l'ISBN 'papier' ne PEUT PAS être réutilisé)
  • paiement d'un acompte de 30% à la commande (soit 225,- € HT)

 

Note : pour tout ce qui n'est pas spécifié dans le descriptif de cette offre, nos conditions générales de prestations numériques sont intégralement d'application.

 

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

Editeurs, et si vous profitiez du ‘calme’ de l’été pour développer votre offre numérique ?

Le livre numérique connaît un succès très important dans les pays anglo-saxons et, en particulier outre Atlantique où il en sera bientôt vendus plus que de livres papier. Certes la tradition est différente dans nos pays francophones mais on constate quand même un démarrage certain de l'intérêt des lecteurs pour les versions numériques de nombre d'ouvrages ; l’explosion du nombre de tablettes n'y est pas totalement étrangère.

Peut-être, en tant qu'éditeur, avez-vous déjà décidé de sauter le pas et de proposer certains de vos ouvrages dans des formats numériques (ePub, Mobi/Kindle, …) mais vous hésitez à généraliser ces conversions ; ou alors, vous hésitez encore, pensant que cela représente un investissement (trop ?) important. Dans un cas comme dans l'autre, nous pouvons vous rassurer : convertir des ouvrages aux formats numériques n'est pas nécessairement coûteux, surtout si vous sollicitez les aides auxquelles vous avez droit (pour les ouvrages déjà publiés au format papier, non dans le domaine public) et qui peuvent représenter jusque 70% des coûts de numérisation (voire même 80% dans des cas particuliers). Nous pouvons vous aider, à la fois en réalisant pour vous les conversions (déjà plus de 200 à notre actif cette année) et en gérant avec vous le dossier d'aides. Si vous avez déjà une plate-forme de vente en ligne pour vos ouvrages papier, dans la plupart des cas, il est assez facile de la faire évoluer pour y inclure les versions numériques ; nous pouvons également vous conseiller/guider dans cette démarche.

N'hésitez pas un jour de plus, contactez-nous, sans engagement de votre part et nous verrons, ce que, ensemble, nous pouvons faire pour vous faire avancer dans l'ère de l'édition numérique.

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

L’Edition numérique européenne est désormais présente sur Amazon et Google Livres

Comme déjà annoncé, l'Edition numérique européenne, en plus de ses activités de conversion de livres au profit d'éditeurs et d'auteurs indépendants, développe ses propres eBooks à partir d'ouvrages (parfois un peu méconnus) du domaine public en leur redonnant vie et en les complétant d'une biographie de l'auteur, de notices bibliographiques, voire de rappels historiques si nécessaire (p.ex. pour les textes fondateurs US et EU, …) ; dans ce cadre, des éditions bilingues sont également en préparation.

C'est ainsi que depuis début août, nous sommes présents tant sur Amazon (eBooks au format Kindle) que sur Google Livres qui référence nos premiers eBooks au format ePub. Nous allons, dans les prochaines semaines et prochains mois, étoffer l'offre et la compléter par des titres inédits dans le domaine de la politique, (de l'histoire) des sciences, …

Et, last but not least, nous préparons également une offre de 'print on demand' qui permettra aux nostalgiques du livre papier de commander une copie imprimée d'un ouvrage introuvable (ou difficile à trouver à l'état neuf) et ce, à un prix raisonnable et dans un délai ne dépassant pas quelques jours.

Une fois encore, nous vous rappelons que ces publications doivent correspondre à VOS attentes ; n"hésitez donc pas à nous faire part de vos remarques, critiques et autres suggestions (entre autres, de titres oubliés que vous souhaiteriez trouver aux formats d'eBook)

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

Le livre numérique au secours des libraires ?

Le livre numérique est souvent présenté comme étant un 'artisan' de la mort des libraires indépendants, des petits libraires de quartier au profit des grandes chaînes, des plate-formes de e–commerce (à la Amazon, …) et pourtant …

Quelques grandes maisons d'édition ont tenté une nouvelle initiative à l'occasion du dernier Salon du livre de Paris. En quoi consiste cette idée ? En fait, quand un acheteur acquiert un livre physique chez un libraire, il a la possibilité d'acheter également la version numérique du même ouvrage pour un montant relativement faible (+/- 20% du prix du livre papier). Comment ? Au moyen d'un code QR imprimé sur son ticket de caisse qu'il n'a plus qu'à 'flasher' au moyen d'un smartphone (ou mieux, d'une tablette). Cette solution d'achat 'couplé' est nettement plus avantageuse que l'achat de la version papier suivi de l'achat de la version numérique, d'autant que les versions numériques sont, malheureusement, encore bien souvent beaucoup trop chères (de l'ordre de 80% du prix de la version papier n'est pas rare).

Cela permet de conserver le rôle de conseil du libraire tout en lui offrant des revenus supplémentaires en l'incluant dans la 'révolution numérique'. Toutefois, on est en droit de se demander si beaucoup de lecteurs seraient/seront intéressés à acquérir deux versions différentes du même ouvrage … Il est vrai que le livre numérique vise un autre public, a une autre utilisation (plus nomade) que le livre papier mais, si le prix est attractif, cela pourrait marcher.

L'expérience est trop récente pour pouvoir tirer des conclusions dans un sens ou un autre mais cette initiative a le mérite de ne pas exclure les libraires de l'évolution technologique du livre. Petite réflexion complémentaire : et si les libraires vendaient des liseuses ?

How Is My Site?

  • Good (0%, 0 Votes)
  • Excellent (0%, 0 Votes)
  • Bad (0%, 0 Votes)
  • Can Be Improved (0%, 0 Votes)
  • No Comments (0%, 0 Votes)

Total Voters: 0

Loading ... Loading ...
FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

L’ePub3 ‘fixed-layout’ mal utilisé par certains éditeurs

Le nouveau standard pour livres électroniques, l'ePub3 prévoit, entre autres fonctionnalités, la possibilité de publier des livres numériques au format ePub mais avec une mise en page 'figée' (un peu comme le PDF) ; le but est, entre autres, de pouvoir conserver la mise en page des livres abondamment illustrés (tels les BD, livres d'art, …).

Mais, certains éditeurs, faisant appel à des prestataires de service peu respectueux des lecteurs, proposent des livres de texte (tels romans, essais, nouvelles, …) au format 'fixed-layout' et exclusivement dans ce format-là … Si l'ePub3 fixed-layout' est très intéressant pour des ouvrages à contenu enrichi (audio, vidéo, …), par contre, pour un roman ne contenant que du texte, il a plus d'inconvénients que d'avantages :

– comme la mise en page est figée, l'agrandissement de la taille des caractères entraînera un allongement des lignes pouvant conduire à ce que celles-ci sortent de la fenêtre de lecture, obligeant le lecteur à naviguer de gauche à droite et de droite à gauche (pour passer au début de la ligne suivante) pour CHAQUE ligne, ce qui rend la lecture on en peut plus inconfortable …

– à ce jour, seules quelques applications de lecture sur ordinateur ou tablette permettent la lecture de l'ePub3 tandis que les liseuses (ereaders) ne le permettent pas encore (en tout cas pas les plus courantes) et donc, ne proposer les ouvrages que dans ce format prive un grand nombre de lecteurs de l'accès à ces ouvrages …

Messieurs les éditeurs, pensez aux lecteurs avant de penser à votre propre confort et, si vous voulez être à la pointe du progrès en proposant des ouvrages au format ePub3, pensez également à les proposer au format ePub (2) et/ou Mobi/Kindle ! Les lecteurs vous en seront reconnaissants ainsi que votre comptable (plus de formats, signifie généralement plus de ventes …)

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

Kindle et ePub, incompatibles ? Pas toujours !

On oppose souvent le Kindle d'Amazon (le Kindle 'classique', pas le Kindle Fire qui est, en fait une tablette Androïd) et le format 'ouvert' de livres électroniques qu'est ePub mais, en fait, il est souvent possible de lire un ePub sur un Kindle moyennant quelques manipulations assez simples.

En effet, les deux formats sont assez proches, Amazon ayant basé son format propriétaire sur ePub auquel ont été rajoutées quelques spécificités (en particulier au niveau de la protection, les fameux DRM – Digital Rights Management).

Si vous ne trouvez pas le livre électronique dans la boutique d'Amazon et que vous le trouvez au format ePub chez un autre distributeur/libraire (électronique), vous pouvez l'acheter et lire sur votre Kindle : téléchargez l'eBook sur votre ordinateur (PC ou Mac), ouvrez-le avec l'application Kindle previewer (gratuite) qui va le convertir au format Kindle (si l'eBook est conforme au standard ePub) et vous pourrez l'envoyer vers votre Kindle (je l'ai fait, çà marche). Une autre solution, utiliser l'application Calibre (également gratuite) qui, non seulement, vous permettra de convertir votre eBook mais, de plus, vous donnera la possibilité de modifier certains éléments tels que la couverture, le type de caractère, ajouter une table des matières 'HTML' (visible dans l'eBook, contrairement à la table des matières classique qui est intégrée dans les métadonnées, …).

 

Remarques importantes :

  • la procédure décrite ci-dessus ne marche que si l'eBook n'est pas protégé par DRM (tel que le système Adobe)
  • les eBooks au format Kindle étant protégés par un système propriétaire, la conversion inverse est, théoriquement, impossible (sauf si vous cassez la protection, ce qui est 'illégal')

 

Et, si vous avez des problèmes de conversion d'eBooks, n'oubliez pas que c'est notre spécialité ….

.

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

La boutique – Suite

Bonne nouvelle, le développement de la (future) boutique va bon train, pas trop de problèmes rencontrés, …

La boutique de l'Edition numérique européenne devrait être totalement opérationnelle au courant de la première quinzaine de janvier 2013. Les tout premiers ouvrages disponibles (au format ePub exclusivement) seront parmi les suivants (quelques-uns sont déjà représentés sur la boutique mais il n'est pas encore possible de les acheter) :

  • "Traité d'économie politique" de Jean-Baptiste SAY
  • "Discours de la méthode" de René DESCARTES
  • "Pensées" de Blaise PASCAL
  • "Sophismes économiques" de Frédéric BASTIAT
  • "Du contrat social" de Jean-Jacques ROUSSEAU
  • "USA – Textes fondateurs"
  • "UE – Textes fondateurs"

Nous espérons pouvoir très rapidement compléter cette 'librairie' initiale avec des textes comme le "Capital" de Karl MARX, "l'Esquisse de l’organisation politique et économique de la société future" de Gustave de Molinari, "De la liberté" de Stuart MILL, …

Comme nous souhaitons répondre le plus possible à vos attentes, n'hésitez pas à nous contacter pour nous suggérer des ouvrages à éditer/publier. (pour l'instant nous n'éditions et ne publions que des ouvrages du domaine public)

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

La boutique de l’Edition numérique européenne bientôt opérationnelle

Si tout se passe comme prévu (c'est le cas jusqu'à présent), vous pourrez accéder à la boutique de l'Edition numérique européenne au plus tard à la mi-janvier 2013, soit très prochainement.

Vous y trouverez, dans un premier temps, des ouvrages du domaine public, des grands auteurs, 'revisités' (remis en forme, complétés de notices bibliographiques, de biographies, …) auxquels viendront s'ajouter d'autres ouvrages, que ce soit du domaine public également (des grands textes 'fondateurs') ou des livres d'auteurs contemporains indépendants que nous éditerons.

Nous vous invitons, dès à présent à nous contacter au moyen du formulaire de contact afin de nous faire part de vos souhaits en matière d'ouvrages du domaine public (de préférence en Français mais aussi en Anglais, en Néerlandais ou en Allemand, d'autres langues suivront)

 

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

Internet transformé en une grande ‘bibliothèque publique’ ?

Certains éditeurs d'eBooks proposaient déjà des livres électroniques à 'durée limitée', que l'on peut lire pendant un an et puis … disparu  mais Amazon va plus loin : la société a annoncé récemment le lancement d'une plate-forme de location d'eBooks. Ils offrent (ou offriront) en location des dizaines, et même des centaines de milliers d'ouvrages au format Kindle. Il s'agit de l'équivalent Internet de la bibliothèque publique où vous vous rend(i)ez pour emprunter un ou plusieurs livre(s) pour une durée limitée et pour un prix généralement très raisonnable. 

Comme Amazon est l'un des acteurs majeurs (pour ne pas l'acteur majeur) du marché des eBooks (malheureusement avec un format propriétaire et protégé), on peut aisément s'imaginer que cette initiative a pour objectif de dynamiser le marché, de le 'booster'.

Il serait peut-être utile que les éditeurs de ce côté de l'Atlantique se posent la question de savoir si ils vont ou non sauter dans le train de l'eBook ou faire comme le monde de la musique qui n'a pas vu arriver les MP3 et autres téléchargements.  Les livres papiers et livres électroniques (eBooks) ne doivent pas être vus comme concurrents mais comme complémentaires : leur utilisation et leurs publics sont différents ; ils cohabiteront probablement encore un certain temps, en particulier pour les 'beaux livres' auxquels la version électronique est souvent un peu moins adaptée.

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare

TVA sur les eBooks : l’UE lance une procédure contre la France et le Luxembourg

Depuis un certain temps, la France et le Luxembourg appliquent aux eBooks (livres électroniques) le même taux de TVA réduit que pour les livres en version papier, ce qui, en soit, ne semble pas anormal.

Mais, au niveau européen, seuls les produits et services repris dans une liste officielle acceptée par les 27, peuvent être soumis au taux réduit (rappelez-vous la saga de la TVA sur la restauration) et, malheureusement, les livres électroniques n'étant pas (encore) repris explicitement dans cette liste, doivent être soumis au taux de TVA normal (soit 19.6% en France, 21% en Belgique, 15% au Luxembourg, 23% en Irlande, …). La raison invoquée par l'UE est que ces produits pouvant (et c'est l'essence même de ceux-ci) être téléchargés à partir de n'importe quel Etat-membre, appliquer dans certains pays le taux réduit revient à une concurrence déloyale entre Etats.

L'UE a donc initié une procédure d'infraction contre la France et le Luxembourg, leur enjoignant d'adapter leurs législations respectives pour appliquer le taux de TVA normal aux livres électroniques (eBooks).

La bonne nouvelle, c'est que le dossier de la TVA sur les livres électroniques devrait être examiné dans les cénacles européens en 2013 et qu'il y a de fortes chances que le taux réduit soit retenu, ce qui devrait favoriser l'essor des livres électroniques.

FacebookTwitterLinkedInGoogle+ViadeoPinterestTumblrEmailSMSShare